Chantal ANDJOU ELU (sociologue) : « Les langues étrangères sont une porte d´entrée sur le développement économique »


/
Par Awa TRAORE
Mis à jour le 2021-06-26 08:19:41

Chantal ANDJOU ELUH est enseignante chercheuse à l´Université Félix Houphouët Boigny, professeur de sociologie et de Méthodologie de la Recherche à l´Institut des Sciences et Techniques de la Communication (ISTC-Polytechnique). Dans cet entretien, elle nous parle de l´impact économique des langues étrangères sur la société ivoirienne.


Madame Elu, à quoi peut répondre le besoin d’intégrer des langues étrangères dans le système éducatif ivoirien ?

  Les langues importées ou adoptées du fait de la colonisation sont devenues, pour certains Etats, les langues officielles. Il s’agit, entre autres langues, du français, de l’anglais ou du portugais. Donc intégrer les langues occidentales dans le système éducatif ivoirien répond simplement à une suite logique en lien avec la colonisation. Ces langues permettent de construire ce qu’on appelle ‘’l’identité des nations’’.  Ils permettent de faire des échanges et facilite les transactions, le partage des biens, des connaissances. Cela répond également à l’évolution de notre temps. Nous sommes partis de l’ère de la construction à l’ère de la mondialisation et de la globalisation. Qui parle de globalisation parle également d’uniformisation de comportement et d’ère linguistique.

En quoi l’apprentissage des langues étrangères est-il bénéfique pour l’apprenant ?

Si nous mettons en lien le système éducatif avec la formation, l’employabilité, l’apprentissage pour le travail moderne, les langues étrangères, le français, l’anglais, le chinois, l’allemand et autres peuvent être perçues comme des portes d’entrées ! Parler ces langues participe à l’ouverture d’esprit et crée des opportunités. Toutes ces langues nous permettent non seulement de nous déplacer mais aussi de pouvoir faire la promotion de nos compétences. Il faudrait bien que nous maitrisions ces langues des pays dit « développés ». C’est une porte d’entrer sur le développement économique.

La Côte d’Ivoire consomme beaucoup de produits chinois et les relations entre les deux Etats s’accentuent de plus en plus. Pourquoi, le chinois n’est-il pas enseigné dans les écoles ivoiriennes ?

Certes, le chinois ne fait pas partie des langues enseignées dans les écoles, collèges et lycées mais elle est enseignée à l’université. De plus, certains établissements particuliers donnent des cours en chinois.

Awa TRAORE

Awa TRAORE Retour 33 vues

Partenaires