La concurrence déloyale, un mal pernicieux


/
Par Landry AGREY
Mis à jour le 2021-06-29 11:59:28

« Les livres sont achetés par les parents, dans le privé comme pour le secondaire », affirme un éditeur de la place, sous anonymat. Puis, l´homme révèle que les éditeurs ont des contrats d´exclusivité de 5 ans quand leur offre a été acceptée par le secteur public. «


« Ils vendent 40 à 50% plus cher les manuels, avec une remise aux libraires de 25-30%.Un livre du Cour élémentaire (CP) revient ainsi à 1 500 FCFA environ, 800 FCFA pour les cahiers d’application ».

En outre, les prix sont plus élevés pour le secondaire où les livres sont vendus entre 3 000 et 6 000 FCFA. « Ce marché reste donc très rentable, avec des ventes annuelles, pour les matières principales, allant de 200 000 FCFA la première année à 150 000 FCFA ensuite » explique-t-il.
Un autre aspect à prendre en compte dans le circuit du livre est la concurrence.

À la rentrée scolaire, des vendeurs informels parfois itinérants ou des magasins saisonniers représentent un gros manque à gagner pour les libraires car ils s’approvisionnent directement auprès des éditeurs. « Payant comptant et acceptant un taux de remise beaucoup plus bas, ils sont parfois même servis au détriment des libraires auxquels l’on brandit l’argument de la rupture de stock ».

Landry AGREY

Landry AGREY Retour 116 vues

Partenaires