Passez demain !


/
Par Brigitte KOMONDI
Mis à jour le 2024-01-21 21:14:31

1er mai, Fête du Travail. Revendications syndicales.


Même après la décision gouvernementale de janvier passé, revalorisation des salaires et respect du salaire minimum garanti (Smig) insérés au menu.

Pourquoi ? De nombreuses entreprises n’appliquent pas ou refusent encore d’appliquer le Smig ?

Les recours à l’Inspection du travail ne servent à rien. Syndicats de travailleurs impuissants.

Le Smig, déjà très bas, n’a jamais été respecté. Rehaussé en ces périodes encore plus difficiles, il ne sera certainement pas respecté.

Disons-le tout net : les patrons ont toujours fait preuve de mauvaise loi. Ils le feront encore pendant longtemps, sans une mesure coercitive. Les plaintes et les grèves du personnel n’y changeront rien.

Mais si, face aux menaces de renvois, chacun cherchera à sauver son emploi ; préfèrera un petit salaire à une lutte qui lui fera perdre l’emploi. Pour le Smig, repassez demain !

 

Brigitte KOMONDI Retour 143 vues

Partenaires